Bernache du Canada (2015)

Ce message a été envoyé en 2015 par l’un des résidents du lac Écho ayant une basse ligne de rivage aux autres « propriétaires ayant une basse ligne de rivage »! Nous avons pensé qu’il pouvait intéresser ceux d’entre vous qui se préoccupent de la présence de la bernache du Canada ou plutôt des crottes de bernaches!

[Traduction]

+++
Bonjour,

Je vous écris aujourd’hui parce que votre propriété possède une basse ligne de rivage sur le lac, qui est un lieu de nidification que privilégient les bernaches du Canada.

En 2013, un couple de bernaches du Canada s’est installé au lac Écho. Selon le directeur de l’environnement de la municipalité de Morin-Heights, la nidification dans notre région cette année-là était attribuable au fait que la saison avait commencé tard et que les bernaches étaient prêtes à nicher avant d’avoir eu le temps de se rendre à leur lieu de nidification habituel situé plus au nord. Cette année-là, 4 oisons sont nés au lac Écho, qui est maintenant gravé dans leur « mémoire génétique » comme étant leur domicile. En 2014, ils sont revenus, y ont niché et ont eu à leur tour des oisons, de sorte que l’année dernière, nous avions une douzaine de bernaches sur le lac Écho. L’on peut vraisemblablement s’attendre à ce que ces douze individus reviennent en 2015 pour y nicher et produire à leur tour 24 descendants. La nidification peut avoir lieu aussi tôt qu’à la fin du mois d’avril.

Comme vous le savez, ces oiseaux laissent leurs traces : préparer le terrain pour Jazz on the Rocks a exigé l’enlèvement de l’équivalent de plusieurs brouettes remplies de guano! Les excréments des bernaches du Canada contiennent des bactéries potentiellement dangereuses; les enfants et les animaux domestiques ne devraient donc pas jouer près des endroits où ces oiseaux ont déposé leurs déjections. De plus, ces oiseaux, et plus particulièrement les mâles, sont plutôt agressifs et peuvent infliger de graves blessures : tenez-vous loin d’eux.

J’ai fait quelques recherches et je désire en partager les résultats avec vous afin que vous puissiez décider de la manière de composer avec les bernaches du Canada sur votre terrain.

La bernache du Canada est une espèce protégée. Cependant, les lois aux États-Unis et en Ontario tendent vers une diminution de cette protection, tout simplement parce que la population a proliféré de manière excessive. Néanmoins, au Québec, il est interdit de détruire les oiseaux, leurs œufs ou leurs rejetons sans avoir d’abord obtenu un permis.

Les lignes directrices environnementales recommandent certains moyens de dissuasion pour empêcher les bernaches du Canada de fréquenter votre propriété. Parce qu’elles amerrissent sur l’eau, pour ensuite grimper sur les rivages bas et ouverts, il est possible de prendre les mesures suivantes dans ces endroits :

Une barrière naturelle est la meilleure solution : rappelez-vous que les lignes directrices environnementales pour l’abord du lac exigent une zone « sauvage » de 15 mètres où les racines de plantes, d’arbustes et d’arbres absorbent l’excès de nutriments qui s’échappent de nos systèmes septiques, tout en prévenant l’érosion du terrain. Ainsi, une végétation dense est un excellent moyen dissuasif contre les bernaches du Canada!
Carillons, matériaux réfléchissants : depuis deux ans, je suspends des cloches de Noël sur un fil entre les arbres près de notre quai, là où la rive est ouverte; ce moyen s’est révélé très efficace et aucun de ces oiseaux n’est monté sur le rivage à cet endroit.

Barrières construites : des filets ou des clôtures à neige installées très près de l’eau pendant la saison de nidification empêcheront les oiseaux d’atteindre le rivage. Il faut cependant surveiller ces installations pour s’assurer qu’elles ne tombent pas dans l’eau. Il est impératif qu’elles soient installées tout près de l’eau pour ne pas créer de « zones de sécurité » qui protègent les oiseaux des prédateurs. Je vais essayer cette solution sur la pointe rocheuse cette année.

Prédateurs : les renards et autres prédateurs se nourrissent des œufs, et c’est un aspect normal du contrôle de la population. Il se peut que votre chien aime les œufs lui aussi, sans bien connaître les bernaches, qui savent se montrer très agressives et causer des blessures graves. Pour détruire des œufs, il faut obtenir un permis, et cela exige justification et usage de techniques sans cruauté.

Bruit : vous pouvez faire peur aux oiseaux sur votre propriété en frappant des couvercles de chaudrons, mais restez à bonne distance d’eux. Ils se déplacent étonnamment rapidement et l’envergure de leurs ailes est plutôt large.

Dans l’ensemble, la meilleure approche consiste à faire de votre rivage un endroit peu accueillant pour les bernaches du Canada. Ces conditions les amèneront à poursuivre leur chemin et dissuaderont les nouveaux arrivants. Je vous encourage à faire votre propre recherche, et à ne pas oublier d’agir en respectant l’environnement et sans cruauté envers ces créatures.

Pour en apprendre davantage : https://www.ec.gc.ca/mbc-com/default.asp?lang=Fr&n=80E1F5DD-1

Au plaisir de vous voir sur le lac!