Vivre avec l’eau

Message envoyé aux membres de l’association en novembre 2011.

Saviez-vous qu’il fallait obtenir un permis pour forer un puits, poser et remplacer des installations sanitaires ou pour effectuer des travaux liés à l’utilisation de l’eau à proximité du lac?

Plusieurs d’entre nous tirent leur eau de puits individuels. Or l’eau souterraine est une ressource intimement liée à la santé du lac. Nous devons la prémunir d’une dégradation prématurée à cause de nos habitudes de vie.

On tient pour acquis la disponibilité de l’eau, mais elle est rare et précaire – même autour du lac. Il faut l’utiliser avec parcimonie et éviter de la contaminer en rejetant des produits toxiques à l’extérieur ou en oubliant de bien entretenir une fosse septique.

Un lac de chalets?

Le Lac Écho a longtemps été un lac de «chalets». Il est devenu, avec les années, un lac de «résidences». L’empreinte écologique de celles-ci est de loin plus conséquente – en espace bien entendu, mais aussi en stress sur la nappe phréatique.

Heureusement, les propriétaires actuels sont plus conscientisés aux enjeux environnementaux. Plusieurs passent de la théorie à l’action et l’on en profite tous.

Puits artésiens

Si vous êtes propriétaire d’un puits individuel, vous avez la responsabilité de vous assurer de sa qualité. L’eau souterraine fait partie du cycle hydrologique.

Le captage d’eau souterraine prélève souvent des volumes d’eau considérables. C’est d’autant plus le cas pour une résidence d’envergure où l’on passe beaucoup de temps.

À plusieurs mètres sous le sol, l’eau nous semble invisible. Pourtant, même cachée, elle est vulnérable à la contamination et peut présenter des risques pour la santé humaine. Une fois une source tarie, il est difficile de revenir en arrière. La remise en état est couteuse – parfois impossible.

Réglementation et ressources en ligne

1) Politique nationale de l’eau (2002): LIEN.

2) Règlement municipal concernant l’utilisation extérieure de l’eau: LIEN, PDF.

3) Guide sur le captage d’eau souterraine pour les résidences isolées(ministère de l’Environnement): LIEN, PDF.

Sortir de sa zone de confort

On associe depuis longtemps confort et utilisation d’eau. La vie au lac est synonyme de détente, pour plusieurs c’est devenu un lieu de luxe. Il faudra faire des choix difficiles.

Même en plein hiver, il est possible de faire sa part pour ne pas appauvrir la nappe phréatique. Comment? On peut commencer par réduire notre utilisation d’eau: bains moins fréquents, douches brèves, grosses brassées rapportées en ville, etc.

Conseil – Chauffage de bois

Lorsque vous chauffez du bois, optez pour l’utilisation d’un bois dur et séché pendant au moins 6 mois, comme le chêne, l’érable ou le bouleau, plutôt qu’un bois mou comme le sapin, le pin ou l’épinette. En plus d’émettre moins de contaminants dans l’air, le bois dur et séché est plus sécuritaire car il produit moins de créosote.